Une série de documentaires consacrés aux plus grandes œuvres de la gravure, de Dürer, Rembrandt ou Goya, à télécharger en HD ou à commander en DVD.

Des films de Bertrand Renaudineau et Gérard Emmanuel da Silva réalisés avec le concours de Maxime Préaud, conservateur général honoraire au département des estampes de la BnF.



Toulouse-Lautrec, LITHOGRAPHE

Henri de Toulouse-Lautrec (1864-1901)
Lithographie

Un film de Bertrand Renaudineau et Gérard-Emmanuel da Silva


toulouse lautrec jaquette

En 1891, Toulouse-Lautrec remporte le concours organisé par le directeur du Moulin-Rouge, son cabaret préféré. Cette première affiche en quatre couleurs qui montre la Goulue la jambe en l'air avec Valentin le désossé dans l'ombre lui apporte le succès. Il y expérimente sa technique du crachis, effectué avec une brosse sur la pierre lithographique pour donner plus de variété aux couleurs.
Les affiches suivantes, Aristide Bruant dans son cabaret et le Divan Japonais, confirment son talent, en dépit, pour la première, de l'hostilité du directeur des Ambassadeurs effaré par l'audace graphique dont faisait montre l'artiste. Comme le “Divan Japonais”, qui réunit la danseuse Jeanne Avril, l'écrivain Edouard Dujardin et Yvette Guilbert en longue silhouette gantée de noir et sans tête, elle est emblématique de l'art du lithographe : larges aplats de couleurs, formes simplifiées, contraste et luminosité de la scène, trait marqué.

Sous l'œil de la caméra, Bernard Rémusat, peintre et graveur, crée une lithographie, bel hommage à Lautrec, dans l'atelier parisien “À Fleur de Pierre”, un des derniers à utiliser aujourd'hui les techniques traditionnelles et artisanales de la pierre.

Film de 40 minutes réalisé en vidéo HD, mai 2016



L'Académie des Sciences et des Beaux-Arts

Sébastien Leclerc (1637-1714)
Eau-forte

Un film de Bertrand Renaudineau


durer jaquette

Dédiée à Louis XIV, cette estampe donne à voir une Académie imaginaire réunissant les sciences et les arts. On peut y dénombrer cent-soixante deux personnages et de multiples machines, comme la pompe à vide ou la lunette anamorphotique, dont un bon nombre a aujourd'hui disparu. Elle peut être lue également comme le testament graphique et philosophique de l'artiste à l'époque où le progrès des sciences commençait à supplanter « la science spéculative et mélancolique » du Moyen-Âge, pour reprendre les termes de Maxime Préaud, spécialiste de Sébastien Leclerc, qui décrypte pour nous les multiples significations de cette gravure.

Trois siècles plus tard, l'artiste franco-suisse Jürg Kreienbühl (1932-2007) qui a consacré une partie de son œuvre à graver et peindre la grande Galerie de l'évolution du Jardin des Plantes, porte un regard critique sur les conséquences du progrès scientifique.

Film de 40 minutes réalisé en vidéo HD, mai 2015



Les Prisons Imaginaires

Piranèse (1745 1re édition, 1761 2e édition)
Eau-forte et burin

Un film de Bertrand Renaudineau et Gérard Emmanuel da Silva


durer jaquette

Passionné d'architecture ancienne et de décors de théâtre, cet artiste né à Venise est connu pour ses planches gravées monumentales sur la Rome antique. En 1745 il publie la première série des Prisons Imagniaires, Invenzioni capricciose di Carceri, soit quatorze planches à voir comme des caprices d'architecture n'étant absolument pas destinés à être réalisés dans la réalité. Le génie du graveur crée une totale illusion spatiale à partir d'une mâçonnerie imposante.

Retravaillée en 1761, la série, plus sombre et enrichie de deux cuivres, atteint une puissance colossale nouvelle et une effrayante solennité. La comparaison des deux séries, au centre du film, permet d'éclairer la démarche de Piranèse.

En écho à cet univers vertigineux des Prisons, deux siècles et demi plus tard Érik Desmazières, grand admirateur de Piranèse, grave à l'eau-forte et à l'aquatinte les magasins vidés de leurs livres de la salle Labrouste de la Bibliothèque Nationale.

Film de 40 minutes réalisé en vidéo HD, mars 2014



Les Trois Croix

Rembrandt Harmensz. van Rijn (1653)
Pointe sèche et burin

Un film de Bertrand Renaudineau et Gérard Emmanuel da Silva


durer jaquette

Principale œuvre monumentale gravée des derniers temps de Rembrandt, Les Trois Croix est sa dernière estampe connue ayant pour thème la crucifixion. Le film explore les modifications apportées par l'artiste au cours de la réalisation des quatre états de cette pointe sèche qui entraîne le spectateur dans un univers visionnaire. Jamais Rembrandt n'était allé aussi loin dans les changements apportés à la composition d'une gravure. De la lumière blonde du premier état aux longues tailles noires et serrées du quatrième état qui illustrent cette plongée dans les ténèbres rapportée par les Évangiles – « le soleil s'éclipsant, l'obscurité se fit sur la terre entière » – l'artiste joue en virtuose des possibilités du clair-obscur et des traits ombrés de la pointe sèche. Le grand nombre de personnages exprimant leur douleur, l'agitation de la foule, la présence de l'armée romaine, les chevaux se cabrant : tout donne une impression de chaos et d'épouvante à la mesure de l'événement.
Dans son atelier des Côtes d'Armor, François Béalu, dessinateur et graveur pour lequel « la pointe sèche prolonge le bras et écrit le paysage en ses variantes », nous éclaire sur cette technique dont Rembrandt a fait une utilisation très novatrice. Et François Baudequin, chef de l'atelier de la Chalcographie du Louvre, nous en livre les secrets, du grattoir au brunissoir en passant par l'encrage.

Film de 35 minutes réalisé en vidéo HD, avril 2013



Le Sommeil de la raison engendre des monstres

Francisco Goya (1799)
Eau-forte et aquatinte

Un film de Bertrand Renaudineau et Gérard Emmanuel da Silva


durer jaquette

El sueño de la razon produce monstruos fait partie de la première grande suite de gravures composée par Goya entre 1797 et 1798, et publiée par lui en 1799, Les Caprices. Goya montre l'homme qui, éloigné de la raison, se trouve dominé par les forces de l'animalité, les vices, les passions, l'égoïsme, le mensonge, la vanité, et soumis aux injustices sociales, à la superstition et au fanatisme. Le Sommeil de la raison sert d'introduction à la seconde moitié de la série de 80 gravures où la sorcellerie et les songes allégoriques jouent un rôle prépondérant. Le film montre comment l'artiste, par sa maîtrise des rapports entre l'eau-forte et l'aquatinte, nous entraîne vers le surréel. Dans son atelier madrilène, José Hernandez, peintre et graveur de l'imaginaire et du fantastique, réalise une aquatinte manuelle comme au temps de Goya.

Film de 35 minutes réalisé en vidéo HD, avril 2012



La Sainte Face ou L'œil d'or

Claude Mellan (1649)
Burin

Un film de Bertrand Renaudineau et Gérard Emmanuel da Silva


durer jaquette

Ce virtuose du burin utilise la technique de la taille unique, dans laquelle les lignes ne se croisent pas. Dans La Sainte Face, qu'il grave à l'instigation de ses amis savants et libertins, il représente le visage du Christ souffrant avec une seule ligne gravée en spirale. 
François Baudequin, chef d'atelier de la Chalcographie du Louvre, réalise en direct un tirage du cuivre conservé à la Bibliothèque Royale de Bruxelles. Et le graveur polonais Krzysztof Skorczewski dialogue avec Claude Mellan à travers ses œuvres.

Film de 35 minutes réalisé en vidéo HD, avril 2011



Le Chevalier, la Mort et le Diable

Albrecht Dürer (1471-1528)
Burin

Un film de Bertrand Renaudineau et Gérard Emmanuel da Silva


durer jaquette

Dans un paysage accidenté passe un cavalier en armure accompagné de son chien. Derrière lui, le Diable; devant lui, la Mort ; au loin, un village fortifié. Ce chef-d'œuvre gravé au burin par Dürer en 1513 suscite depuis près de cinq siècles des interprétations passionnées. Immersion dans ce monde énigmatique décrypté par deux spécialistes, Pierre Vaisse, historien de l'art, et Maxime Préaud. Philippe Mohlitz, virtuose du burin, établit un pont avec le maître allemand :« Le choc le plus fort, je le reçus quand pour la première fois à la Bibliothèque nationale de Paris j'ai pu voir et “toucher” les planches du grand, de l'insurpassable et sublime Dürer ».

Film de 35 minutes réalisé en vidéo HD, juin 2009.



La Tentation de saint Antoine

Jacques Callot (1592-1635)
Eau-forte

Un film de Bertrand Renaudineau et Gérard Emmanuel da Silva


durer jaquette

L'ermite chrétien attaqué par une multitude de monstres et de démons a inspiré de nombreux artistes. Ce film propose une vision rapprochée des deux versions de La Tentation de saint Antoine gravées au début et à la fin de la carrière du célèbre aquafortiste lorrain du XVIIe siècle. Le monde carnavalesque et diabolique imaginé par Jacques Callot est révélé dans ses moindres détails et éclairé par les commentaires de Maxime Préaud, conservateur au département des Estampes de la Bibliothèque nationale de France, qui, lui-même graveur, se livre devant nous à une démonstration de la technique de l'eau-forte. Erik Desmazières, artiste contemporain, présente sa propre interprétation de La Tentation de saint Antoine, gravée en 1993.

Film de 35 minutes réalisé en vidéo HD, juin 2008.



Le Paris d'Erik

Erik Desmazières (1948)
Eau-forte et aquatinte

Un film de Bertrand Renaudineau et Gérard Emmanuel da Silva


durer jaquette

Ce film de quarante minutes en noir et blanc propose de découvrir le travail du fameux graveur parisien, à travers la réalisation d'une estampe intitulée Atelier René Tazé n°VII. Cet atelier du Xe arrondissement où Erik Desmazières a tiré une grande partie de son œuvre est promis à une destruction prochaine. L'artiste a choisi d'y réaliser une dernière gravure, « comme pour arrêter le temps  ». Du dessin préparatoire au dernier état, nous assistons à la naissance d'une œuvre : eau-forte et aquatinte, jusqu'à la révélation finale en couleurs de cette image par laquelle le graveur s'approprie le génie d'un lieu.

Film de 40 minutes, réalisé en 35 mm et diffusé au Musée du Petit Palais en octobre 2006. Version française et English sub-titles version



L'Atelier de Claire ILLouz

 
Atelier d'artiste

Un film de Bertrand Renaudineau


durer jaquette

Se rendre dans l'atelier de Claire Illouz, c'est se mettre au vert, mais pas vraiment au calme - plutôt même entrer dans une zone de turbulences. Car ce havre très sylvestre n'inspire pas forcément des images apaisées et bucoliques à la graveur qui n'aime rien tant que se confronter aux difficultés.
Saisir sur la plaque, puis le papier, le son du vent dans les arbres, rendre les perturbations parfois effrayantes à l'œuvre dans la nature, tel est le défi qu'elle relève sous l'œil de la caméra.
Traversées d'oscillations presque électriques, comme dans son livre d'artiste inspiré de trois poèmes d'Emily Dickinson dont « Of all the Sounds despatched abroad » (« De tous les Sons dispersés dans le monde ») ou libérées du cadre contraignant de la plaque, les branches mouvantes jaillissent littéralement sur le papier. Ici la délicatesse du dessin est exaltée par la vigueur du procédé original mis au point par l'artiste, pour donner à voir et à imaginer, l'espace off de la gravure comme une échappée libre.
Au terme de ce corps à corps audacieux entre la plaque, le papier (un chine très résistant encré toujours plus noir) et la presse, ses arbres deviennent aussi vivants, complexes et tourmentés que des êtres humains. Et c'est alors que, venu du cœur de cette gravure silencieuse, s'élève soudain le rugissement du vent.

Film de 28 minutes réalisé en vidéo HD, janvier 2016



L'Atelier de Lise Follier-Morales et Maxime Préaud

Graveurs en taille-douce et taille d'épargne
Atelier d'artiste

Un film de Bertrand Renaudineau


durer jaquette

Aux fins fonds du treizième arrondissement, entre métro aérien et barres d'immeubles qui n'ont pas encore réussi à tuer complètement l'ambiance Vieux Paris du quartier, se niche un atelier pas comme les autres, celui de Lise Follier-Morales et Maxime Préaud.
À l'ombre d'un squelette anatomique, au milieu de masques, de statues, et de personnages en fils de fer qui dansent au plafond, sans compter deux presses à taille-douce, une presse typo et d'innombrables objets, sont expérimentées certaines des multiples possibilités offertes par l'art de l'estampe: pointe sèche et eau-forte sur cuivre, plexiglas ou carton ; linogravure à planche perdue et dominographie. «L'essentiel étant, comme l'évoque Maxime Préaud, de produire une image en principe multipliable à l'identique si on le veut, mais pas nécessairement...»
Dans ce laboratoire de création, Lise grave des pèlerins et des animaux à plumes, Maxime des natures mortes singulières: sacs poubelle, cafetières, vestes, et chaussures. Sous l'œil de la caméra, ils vont réaliser une vanité à quatre mains: «Les chaussures de Tamara», gravure en taille d'épargne et dominographie avec pochoirs.

Film de 26 minutes réalisé en vidéo HD, septembre 2015



L'atelier de Nathalie Grall

Buriniste
Atelier d'artiste

Un film de Bertrand Renaudineau


durer jaquette

Sous les toîts de Lille, l'atelier de Nathalie Grall est un réservoir d'images et d'objets en suspension. Dans cette chambre claire, antre de la création, des grenouilles qui ressemblent à des demoiselles avec leurs longues jambes fines côtoient des haricots et des graines, des champignons et des oiseaux, des éventails et des dessins d'enfants.

C'est là, dans ce drôle de monde flottant, que l'artiste, après avoir laissé aller son pinceau sur la plaque, grave au burin ces images évanescentes comme des froissements d'ailes : animaux fabuleux, ombrelles et papillons, fleurs qui vous regardent, silhouette de pêcheur glissant sur une barque immobile, paysages lacustres, ânes très hautains, coqs, hiboux...

Tout un univers fragile de frissons et d'envolées, d'embellies et d'échappées, qu'elle parvient à fixer sur le cuivre, le sauvant ainsi de la disparition.

Film de 20 minutes réalisé en vidéo HD, novembre 2014



L'atelier de Devorah Boxer

Devorah Boxer
Atelier d'artiste

Un film de Bertrand Renaudineau


durer jaquette

L'atelier de Devorah Boxer, situé dans une calme impasse de Montparnasse, est habité par des outils, industriels ou quotidiens, ayant connu une vie antérieure que l'artiste parvient à nous rendre perceptible: retenue à poser sur une bouche d'incendie, « draining shoes » pour creuser la tourbe, ou encore hérissons vibrant de piques servant à ramoner les cheminées. Ces drôles d'instruments moirés qui jouent avec l'ombre et la lumière posent des problèmes à la graveur : devant la caméra, elle cherche des solutions pour en capter avec l'eau-forte, la pointe sèche et l'aquatinte, tout le piquant et le charme sur sa plaque.
Pour cette artiste installée depuis cinquante ans dans cet atelier, les objets sont aussi parlants et changeants qu'un paysage ou un visage. Et tout son art consiste non pas tant à rendre leur réalité, qu'à montrer leur personnalité profonde, leur « humanité ».

Film de 20 minutes réalisé en vidéo HD, juin 2014



Achat et informations

Vous pouvez télécharger les dvd simplement et par payement sécurisé (grâce à la plateforme Gumroad).
Pour toutes questions, merci de m'adresser un mail à paris@gallix.fr

Pré-requis techniques :
Il est fortement conseillé d'utiliser le logiciel VLC ou le lecteur Windows media pour visionner les films après téléchargement sur www.gallixproduction.fr

Comment pouvez-vous utiliser les films achetés ?
Les films téléchargés ou achetés sur DVD sont exclusivement destinés à un usage privé dans le cadre du cercle de famille (au sens de l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle).

Sont strictement interdits :
- Toute représentation, reproduction totale ou partielle, diffusion ou communication publique commerciale ou non-commerciale de ces documents,
- La mise à disposition par quelque moyen que ce soit, la revente, l'échange, le prêt, la location des documents à un tiers.